La Recherche en France

En 2005, L’État créée l’Agence Nationale de la Recherche (ANR). L’objectif recherché est de promouvoir la recherche française sur projets et de stimuler l’innovation en favorisant l’émergence de projets collaboratifs pluridisciplinaires.

Pour répondre à cela, l’ANR propose différent moyen de financement ayant chacun leurs propres objectifs, effets attendus et caractéristiques spécifiques en termes de soumission, de sélection et de suivi du projet. Depuis sa création, l’ANR a déjà financé plus de 17 000 projets de recherche.

En utilisant le système du financement de la recherche sur projets, l’ANR permet de renforcer la compétitivité du système de recherche en France en concentrant les moyens sur les meilleurs projets recherche, en orientant les travaux des chercheurs sur les grands enjeux scientifiques et sociétaux et en favorisant les collaborations entre équipes issues d'institutions différentes (notamment public/privé).

Le programme de Recherche Hospitalo-Universitaire en santé (RHU)

L’action « Recherche Hospitalo-Universitaire en santé » vise à soutenir des projets de recherche translationnelle en santé ou de recherche clinique, qui pourront s’appuyer sur des recherches fondamentales en biologie, en épidémiologie, en science sociale ou en économie de la santé et les prolonger en vue d’un bénéfice pour la prise en charge des patients, l’amélioration de la compréhension des maladies, des traitements plus efficaces et mieux tolérés, ou une amélioration de la performance des systèmes de soin.

L’ambition de ce programme est soutenir des projets de recherche avec un fort potentiel de transfert rapide vers l'industrie ou vers la société.

Depuis 2014, l’ANR a lancé 4 vagues d’appels à projet RHU ayant permis de sélectionner 39 projets financés pour 5 ans.

La place de la SFC et le projet STOP-AS

La Recherche a une place importante au sein de la Société Française de Cardiologie, de par son rôle important dans celle-ci et les actions de sensibilisation qu’elle mène. La mise en place de registre nationaux (FRESH, FAST-MI, France TAVI …) ou de communiqués de presse/ tribunes presse en sont des exemples.

La SFC est un des 16 acteurs participant au projet RHU STOP-AS (Search Treatment and improve Outcome of Patients with Aortic Stenosis). Celui-ci porte sur le rétrécissement aortique, et est mené par le Pr Hélène Eltchaninoff du CHU de Rouen. Ce projet  subventionné à hauteur de 6,6m € a pour objectif de pallier le manque d’information autour de cette maladie, en étudiant le rétrécissement aortique « dans son ensemble, des mécanismes initiateurs aux traitements les plus innovants en passant par la prévention, le diagnostic, et en allant jusqu’à l’évolution sociétale et médico-économique ».

La SFC est partie prenante de ce projet et intègre les work packages 4 et 5 (wp4 et wp5) avec pour objectif principal d’étudier la durabilité des bioprothèses TAVI et en parallèle d’assurer la communication autour de ce projet.