Cardiologie tropicale

Modifié le : 06/02/2018

L’Afrique aux Journées européennes 2018

Le programme des 28èmes Journées Européennes de la SFC (Paris 17-20 Janvier 2018) donne à nouveau une place importante à la cardiologie en Afrique subsaharienne francophone. En effet, depuis les JE2016, nous sommes passés à deux sessions de communications thématiques. Cette année, la première, traditionnelle du Groupe de travail de cardiologie tropicale, porte sur la cardiologie interventionnelle en Afrique. Présidée par E Bertrand (Carpentras) et  M Kakou-Guikahue (Abidjan), elle aborde quatre aspects de l’évolution des prises en charge interventionnelles en Afrique. Le premier concerne la maladie coronaire (R Nguetta, Abidjan), le deuxième la stimulation cardiaque (Adama Kane, Dakar), le troisième la cardiologie pédiatrique (E Kramoh, Abidjan), et le quatrième le traitement interventionnel des arythmies (C Kouakam, Lille). Cette session a lieu le samedi matin de 11h à 12h30, salle 341, c’est-à-dire un jour et à un horaire différents des habitudes des années précédentes. Nous comptons sur la présence du plus grand nombre à ce moment important du groupe.

 La seconde session, en interface SFC/SOSECAR, Société Sénégalaise de cardiologie, poursuit la nouvelle approche initiée il y a deux ans, consistant à présenter une session commune avec une société nationale de cardiologie d’Afrique subsaharienne, cette année la Société Sénégalaise de Cardiologie (précédemment la Société Camerounaise puis la Société Ivoirienne). La thématique proposée cette année porte sur la pathologie cardiovasculaire au cours de la grossesse en Afrique. Présidée par SA Ba (Dakar) et C Kouakam (Lille), la session présente les aspects spécifiques et les difficultés de prise en charge au cours de la grossesse des valvulopathies (M Diao, Dakar), de la cardiomyopathie du péripartum (F Mouquet, Lille), de la maladie thrombo-embolique veineuse (Adama Kane, Dakar), et de l’hypertension artérielle (JJ Monsuez, Paris). Cette session aura lieu le jeudi à 10h30, salle 341.

 Enfin,  la conférence africaine, inaugurée l’an dernier par JB Anzouan-Kacou sera donnée cette année par F Addad (Tunisie) sur le thème « Syndromes coronaires aigus en Afrique du Nord ». Cette conférence africaine vient désormais compléter le panel des conférences « continentales», aux côtés de la conférence européenne et de la conférence américaine. Elle est présentée en alternance une année sur deux par un cardiologue d’Afrique subsaharienne et d’Afrique du Nord, et témoigne de l’importance de la contribution de la francophonie cardiologique africaine aux JESFC. Ne la manquez pas, c’est le grand moment de la cardiologie francophone africaine (vendredi 19 janvier à 11h, Amphi Bordeaux).  

 Enfin, les 28èmes JE SFC se tournent aussi vers l’avenir, et vers nos jeunes, qui auront entre les mains la cardiologie de demain. Depuis trois ans, la SFC invite aux JE SFC 6 jeunes cardiologues en formation, 3 d’Afrique du Nord (Algérie, Maroc, Tunisie) et 3 d’Afrique subsaharienne (Cameroun, Côte d’Ivoire, Sénégal). Totalement pris en charge par la SFC, ces 6 jeunes collègues ont été désignés par leurs sociétés de cardiologie nationale sur la base du mérite (ex : prix du meilleur poster ou de la meilleure communication au congrès national). Ils sont intégrés au groupe des cardiologues en formation de la SFC (B Latucca), pour suivre le programme spécifique  du congrès dit « Parcours dédié aux jeunes cardiologues ». Le but de cette initiative est d’étendre les liens si forts qui réunissent les cardiologues de la francophonie entre eux à leurs plus jeunes collègues, de sorte à pérenniser les coopérations et les partenariats dans l’avenir.

La richesse du programme a conduit à modifier les plages horaires traditionnelles du groupe de cardiologie tropicale.  Les deux sessions de communications ont en effet lieu l’une le jeudi matin, l’autre le samedi matin. Que chacun en prenne bien note dans son agenda. Nous devons y être nombreux.

La réunion de travail du groupe est aussi placée différemment des autres années, puisqu’elle a lieu le jeudi 18 janvier de 16h à 17h30, salle 221M, mezzanine côté Paris. Nous aurons à discuter des travaux en cours, de ceux à entreprendre, et des activités 2018. Au cours de cette réunion, animée par M Kakou-Guikahue (Président Afrique du groupe de travail), SA Ba (Vice-Président), JJ Monsuez (co-Président), et sous la bienveillance de M Bertrand (président d’honneur), nous préparerons aussi l’élargissement des activités du groupe, avec une interface Afrique francophone cardiologique. Elle est en fait assez bien « en marche » aussi, avec les nombreux rendez-vous de notre discipline qui réunissent cardiologues d’Afrique du Nord, d’Afrique subsaharienne et de France, mais nous devrons envisager une sorte de structuration. Cette évolution devra aussi nous amener à une plus grande ouverture aux sociétés nationales de cardiologie en Afrique dont les membres sont moins nombreux que les « grosses » sociétés, très présentes dans nos manifestations. Nous aurons à répartir les plages de communications et les invitations des jeunes cardiologues aux prochaines JE en fonction de cette évolution.    

Jean-Jacques Monsuez, Maurice Kakou-Guikahué, Serigne Abdou Ba, Edmond Bertrand.


Comité de rédaction

Membres : Olivier Axler (Nouméa), Serigne Abdou Ba (Dakar), Edmond Bertrand (Carpentras), Laurent Fourcade (Marseille), Xavier Jouven (Paris), Maurice Kakou-Guikahue (Abidjan), Abdoul Kane (Dakar), Samuel Kingue (Yaounde), Yves Monkam-Mbouende (Yaounde), Jean-Jacques Monsuez (Paris), Jean-Louis Nkoua (Brazzaville), Daniel Sidi (Paris)
Secrétariat de rédaction : Jean-Jacques Monsuez (jean-jacques.monsuez@rmb.aphp.fr)